Trouble à l’Université Pédagogique Nationale : le comité de gestion évoque l’hypothèse d’un sabotage aux nouvelles infrastructures et celles en construction

Le comité de gestion de l'UPN fait état d'un dégât matériel important et quatre personnes blessées dont un enseignant suite au trouble survenu mardi 18 juillet sur le campus.Il appelle à l'implication de la justice contre les auteurs d'un mouvement visant à saboter les nouvelles infrastructures de l'université et celles en construction.
(Archive) Prof.Anastasie Masanga Maponda, Rectrice de l’Université Pédagogique Nationale(UPN).© Droits tiers

Dans un communiqué de la Rectrice de l’Université Pédagogique Nationale, UPN du 18 juillet signé par le Secrétaire Général Académique, Professeur Josué Mubedi Ilunga, le comité de gestion de l’établissement estime que les troubles survenus hier sur le campus de l’université étaient une attaque visant à «saboter les nouvelles infrastructures de l’université et celles en construction » par des jeunes déguisés en étudiants.
« Le comité de gestion de l’Université Pédagogique Nationale a été surpris de constater un mouvement subversif, sur le campus, orchestré par des jeunes se réclamant des étudiants, semant des actes de vandalisme et de troubles à l’ordre public. Les informations recoupées renseignent que l’objectif de ces troubles était entre autres, des saboter les bâtiments en construction et ceux déjà achevés et inaugurés par le Président de la République, Chef de l’État», écrit la Rectrice de l’UPN dans son communiqué.

La direction de l’université qualifie de rumeur la version d’une protestation des étudiants contre la hausse de frais académiques et l’exigence de les payer en dollars américains.
Le communiqué renseigne que depuis le 01 janvier 2023, les étudiants paient leurs frais académiques au taux de la banque centrale du Congo en commun accord avec leurs responsables.

De ces troubles, le comité de gestion de l’UPN  fait dans son bilan provisoire état d’un dégât matériel important sur le campus ainsi que quatre personnes blessées dont un enseignant.
Deux véhicules ont été incendiés, plusieurs autres caillassés.Les infrastructures immobilières de l’université ont également subit des dégâts notables.Du rectorat au bâtiment administratif,en  passant par la bibliothèque centrale, quelques bureaux facultaires, rien n’a été épargné.
Vingt-quatre personnes ont été arrêtées par la police informe le comité de gestion de l’UPN.

Le site de l’université reste inaccessible au public ce mercredi.

Le comité de gestion de l’UPN se donne 72 heures pour évaluer et réparer les dégâts liés aux conditions d’études et appelle à l’implication de la justice pour «traquer» les meneurs et complices de troubles du 18 juillet dernier sur le campus.

Les plus lus

Sur le même thème