RDC : Peter Kazadi rappelle la nécessité de la paix et la sécurité pour le développement

Le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, Peter Kazadi Kankonde a rappelé jeudi, l’importance de la sécurité dans la recherche de la paix et le processus de développement durable. C’était dans son discours devant plusieurs personnalités à Kinshasa à l’occasion de la journée internationale de la paix célébrée par l’humanité le […]

Le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, Peter Kazadi Kankonde a rappelé jeudi, l’importance de la sécurité dans la recherche de la paix et le processus de développement durable.

C’était dans son discours devant plusieurs personnalités à Kinshasa à l’occasion de la journée internationale de la paix célébrée par l’humanité le 21 septembre de chaque année.

«Se référant au thème de l’édition en cours, actions en faveur de la paix, nos ambitions pour les objectifs mondiaux. La RDC, sous la houlette du Président de la République, Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, s’est engagée dans la voie de développement durable afin d’éliminer la pauvreté, promouvoir l’avènement des sociétés pacifiques et protéger l’environnement. Néanmoins, le développement ne peut se concevoir sans la paix et la sécurité qui demeurent des éléments essentiels pour l’essor social et économique de toute nation », a déclaré Peter Kazadi .

Il a rappelé que les violences qui sévissent à l’Est de la RDC sont l’œuvre du Rwanda et s’accompagnent de plusieurs violations des droits de l’homme

«En ce qui concerne la République Démocratique du Congo, il n’est pas donc anodin de répéter que la partie est de son territoire reste en proie de violences qui menacent la paix et la sécurité dans la sous région des grands lacs. Ces violences sont perpétrées par le Rwanda, à travers ses supplétifs, des groupes des terroristes du M23, les ADF ainsi que d’autres groupes armés qui sèment la terreur et la désolation. L’agression dont est victime mon pays, s’accompagne des violences graves et massives des droits de l’homme et de droit international humanitaire constituant des crimes d’agression, des crimes des guerres, des crimes contre l’humanité, crimes de génocide ainsi que des eco crimes. Ainsi, soucieux de mettre fin à la souffrance de nos compatriotes, le Chef de l’État et son gouvernement, ont souscrit au processus de Nairobi et au plan de l’air de Luanda », a poursuivi le patron de l’intérieur et sécurité en RDC.

Le Ministre de l’intérieur a évoqué le plan révisé mis en place quant au retrait de la MONUSCO du sol congolais

«Dans la même optique de la recherche des solutions et de l’efficacité, le gouvernement de la République a travaillé avec la MONUSCO pour produire le plan révisé pour son retrait sur base d’une stratégie commune de transfert des tâches mandatées à la mission onusienne au gouvernement de la République et à l’équipe pays des Nations-Unies », a-t-il précisé dans son intervention.

Et de poursuivre :

«Le gouvernement de la République reconnaît l’apport de la MONUSCO au processus électoral, aux FARDC, à la police nationale congolaise ainsi qu’à l’action humanitaire. Le défaut de la sécurité est un frein au développement de la République Démocratique du Congo. Mon pays continuera à s’appuyer au développement durable qui prend en compte les dimensions économiques, environnementales et sociales afin de réduire les inégalités et maintenir la cohésion sociale. C’est pour cette raison que le programme du gouvernement met un accent sur le social des congolais. Il faut reconnaître que beaucoup restent encore à faire. Pour y arriver, il faut mutualiser les énergies dans la confiance réciproque ».

Les plus lus

Sur le même thème