RDC : 20.000 candidatures enregistrées pour les législatives nationales

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante, (CENI) a révélé mardi 25 juillet que son institution a enregistré un chiffre record de 20.000 candidatures pour la députation nationale prévue en décembre prochain. Denis Kadima prévient cependant que certains candidats pourraient tomber faute de non atteinte du seuil de rentabilité des candidatures par leurs partis ou regroupements politiques.
Denis Kadima, Président de la CENI.© CENI

Le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a révélé, mardi 25 juillet, que 20.000 candidatures ont été enregistrées pour les législatives nationales de décembre prochain.

Denis Kadima, l’a dit au cours de l’émission spéciale Dialogue entre Congolais à la Radio Okapi.

Ce chiffre est un record par rapport au cycle de 2018 qui avait enregistré 15.000 candidatures rappelle le numéro de la centrale électorale.

Denis Kadima s’est félicité de ce record réalisé, selon lui, dans les sept jours de la prolongation du délai accordé par son institution pour le dépôt des candidatures aux législatives nationales.

Le président de la CENI estime qu’avec ce chiffre élevé de candidats à la députation nationale, ce cycle électoral s’avère très compétitif pour cinq cents sièges à pourvoir à l’Assemblée nationale.
Mais il averti tout de même que certains de ces candidats pourraient tomber faute de non atteinte du seuil de recevabilité de candidatures par leurs partis ou regroupements politiques.

« La done a beaucoup changé.C’est un peu comme l’enroulement des électeurs.Nous n’avions cessé de dire aux gens de venir avant.De ne pas attendre les dernières minutes.Malgré ça les gens sont venus en dernier lieu au lieu de venir un peu plutôt.
C’est la même chose avec les candidats des partis et leurs mandataires.Ils ont pris beaucoup de temps à venir mais aujourd’hui les chiffres sont très élevés.Nous avons dépassé les chiffres de 2018.En 2018 il y avait 15.000 candidats, aujourd’hui nous sommes à 20.000 candidats.Donc il y a eu un grand engouement. Donc Ca sera à la fin l’une des élections les plus compétitives.Ça signifie qu’en moyenne, nous avons quarante candidats par circonscription.C’est inédit, la participation est massive.La particularité de ce cycle c’est qu’il y a un seuil de recevabilité.Deposer sa candidature n’est pas suffisant, ce n’est pas assez.Parce qu’au-delà de ça, il faut atteindre le seuil de 60%.Cela signifie qu’il faut avoir postulé dans au moins trois cents sièges sur les cinq cents que compte l’assemblée nationale.Donc parmi les 20.000 dont j’ai parlé ici, il y en a qui pourraient ne pas être retenus si ce seuil là n’est pas atteint.», explique Denis Kadima.

Les plus lus

Sur le même thème