Kinshasa: le procès de Jean-Marc Kabund a repris lundi à la cour de cassation

Le procès de l’ancien Vice-président de l’Assemblée Nationale et Président intérimaire de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, a repris lundi 7 août devant la Cour de cassation à Kinshasa. L’ancien proche du Président Félix Tshisekedi devenu opposant est poursuivi pour  « injures publiques, imputations dommageables et offenses au chef de l’Etat” pour avoir tenu, au cours d’un point […]
En chemise jaune-bleu de prisonniers, Jean Marc Kabund durant son procès en cours.

Le procès de l’ancien Vice-président de l’Assemblée Nationale et Président intérimaire de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, a repris lundi 7 août devant la Cour de cassation à Kinshasa.

L’ancien proche du Président Félix Tshisekedi devenu opposant est poursuivi pour  « injures publiques, imputations dommageables et offenses au chef de l’Etat pour avoir tenu, au cours d’un point de presse, des propos qualifiés d’injurieux, de nature à alarmer la population et à porter atteinte à l’honneur dû aux institutions publiques et à la dignité du Chef de l’État.

Jean-Marc Kabund est également poursuivi pour outrage envers le Parlement, le Gouvernement, la République et propagation des faux bruits

La prochaine audience, prévue le lundi 14 août 2023, sera consacrée aux plaidoiries.

Jean-Marc Kabund a été arrêté depuis le 9 août 2022, après son audition au parquet près la Cour de cassation et est gardé à la prison centrale de Makala.

Pour rappel

Les faits remontent au 18 juillet 2022. Ce jour-là, au cours d’une conférence de presse organisée pour annoncer la création de son parti politique, Alliance pour le Changement, Jean-Marc Kabund a critiqué sévèrement la gestion du pays par le pouvoir en place.

Il déclare que « le régime de Tshisekedi a totalement échoué », qualifiant le Chef de l’Etat de « jouisseur ».

Pour lui, le peuple qui a placé son espoir dans ce régime a vu renaitre le tribalisme et le régionalisme. Il a exprimé son regret d’avoir « contribué que Félix Tshisekedi soit Président de la République ».

A cause de ces propos, mais également d’autres plus virulents, la Cour de cassation a auditionné M. Kabund et l’a placé en détention à la prison centrale de Makala.

La Cour de cassation a finalement avait décidé le 12 août 2022 d’assigner Jean-Marc Kabund en résidence surveillée dans un cadre à déterminer par le Parquet général. Mais ses avocats avaient plaidé pour une assignation à domicile, c’est-à-dire, dans sa résidence de Kingabwa.

Depuis ce jour-là, aucune suite n’a été donnée à cette décision de la Justice. Et Jean-Marc Kabund est toujours à la prison centrale de Makala.

Les avocats de Jean-Marc Kabund ainsi que son parti politique Alliance pour le chargement déclarent qu’il est  » otage  » du pouvoir en place.

Les plus lus

Sur le même thème