« Il est grand temps de renouveler les institutions multilatérales pour affronter les défis du 21ème siècle», déclare Antonio Gouterres à l’assemblée Générale de l’ONU

Le Secrétaire Général de l’ONU a à l’ouverture du débat général annuel de l’Assemblée générale des Nations Unies, mardi 19 septembre à New York, déclaré qu’il est « grand temps de renouveler les institutions multilatérales sur la base des réalités économiques et politiques du XXIe siècle – et de les ancrer dans l’équité, la solidarité […]

Le Secrétaire Général de l’ONU a à l’ouverture du débat général annuel de l’Assemblée générale des Nations Unies, mardi 19 septembre à New York, déclaré qu’il

est « grand temps de renouveler les institutions multilatérales sur la base des réalités économiques et politiques du XXIe siècle – et de les ancrer dans l’équité, la solidarité et l’universalité – conformément aux principes de la Charte des Nations Unies et du droit international ».

Antonio Gouterres averti que si rien ne change, ces institutions risquent de créer plus de problèmes dans le monde qu’elles n’en résolvent.En cause, le contexte où les clivages ne cessent de s’accentuer, qu’il s’agisse des clivages entre puissances économiques et militaires ou les clivages entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest.

« Le monde a changé. Nos institutions, non. Nous ne pouvons pas traiter efficacement les problèmes tels qu’ils sont si les institutions ne reflètent pas le monde tel qu’il est », a fait savoir le chef de l’ONU devant les 193 Etats membres réunis dans la salle de l’Assemblée générale.

Antonio Gouterres suggère que soient réformes également l’architecture financière internationale ainsi que le conseil de sécurité des nations unies pour l’adapter au réalité du monde actuel.
Selon le Secrétaire général, l’ONU a montré, au cours de l’année écoulée, que l’action multilatérale était riche de promesses, citant les nouveaux accords mondiaux importants sur la sauvegarde de la biodiversité, sur la protection de la haute mer, sur les pertes et les dommages climatiques, et sur le droit à un environnement propre, sain et durable.

Dans un autre chapitre, le Secrétaire Général de l’ONU a salué l’engagement des femmes pour leur émancipation partout dans le monde.

«Grâce aux générations de militantes des droits de femmes, les temps changent.Les filles et les femmes défient le patriarcat – et triomphent. Je suis à leurs côtés », a scandé Antonio Gouterres faisant appel à tous pour œuvrer en faveur de l’égalité de genre comme condition fondamentale pour assurer un meilleur avenir pour tous.
« Nous y sommes parvenus aux échelons supérieurs et sommes en bonne voie pour le faire à travers l’ensemble du système des Nations Unies. Car l’égalité des genres n’est pas un problème. L’égalité des genres est la solution. L’égalité, ce n’est pas une faveur faite aux femmes, mais une condition fondamentale pour assurer un meilleur avenir pour tous », a martelé le Secrétaire général de l’ONU.

Les plus lus

Sur le même thème