Coup d’État au Nigere

Un groupe de militaires Nigériens a annoncé mercredi 26 juillet, avoir mené un coup d'État dans le pays. L'annonce a été faite à la télévision publique. Le Chef de l'Etat est détenu par le militaire s de la garde présidentielle. Le Chef d'état major a rejoint le camp de putschistes. La communauté internationale condamne ce coup de force.
Les militaires Nigériens annonçant le coup d’État à la télévision nationale, mercredi 26 juillet 2023.© Droits tiers

Un groupe de soldats nigériens est apparu à la télévision nationale hier soir pour annoncer un coup d’État informe rapporte plusieurs médias internationaux.

Ces soldats ont déclaré avoir dissous la constitution, suspendu toutes les institutions et fermé les frontières du pays.

Le président du Niger, Mohamed Bazoum, est retenu par les troupes de la garde présidentielle depuis le début de la journée de mercredi.

Les récentes informations renseignent que le chef d’état major a rejoint le camp de putschistes.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken lui a promis le « soutien indéfectible » de Washington lors d’un appel téléphonique.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également déclaré avoir parlé au président et lui avoir offert le soutien total de l’ONU.

M. Bazoum est un allié occidental clé dans la lutte contre le militantisme islamiste en Afrique de l’Ouest.

Deux pays voisins, le Mali et le Burkina Faso, ont connu des coups d’État déclenchés par des soulèvements djihadistes ces dernières années.

Dans ces deux pays, les nouveaux chefs militaires se sont brouillés avec la France, l’ancienne puissance coloniale, qui a également dirigé le Niger.

On ne sait pas exactement où se trouve M. Bazoum, mais dans un communiqué publié jeudi matin sur le réseau social Twitter, il a déclaré que les « acquis durement gagnés seront préservés » et que les Nigériens qui aiment la démocratie y veilleront.

Lors de l’annonce télévisée de mercredi, le colonel Amadou Abdramane, entouré de neuf autres soldats en uniforme, a déclaré : « Nous, les forces de défense et de sécurité, avons décidé de mettre fin au régime que vous connaissez : « Nous, les forces de défense et de sécurité, avons décidé de mettre fin au régime que vous connaissez.

« Cette décision fait suite à la détérioration continue de la situation sécuritaire et à la mauvaise gouvernance économique et sociale.

Il a également déclaré que toutes les institutions du pays avaient été suspendues et que les responsables des ministères s’occuperaient des affaires courantes.

« Tous les partenaires extérieurs sont priés de ne pas interférer », a-t-il poursuivi. « Les frontières terrestres et aériennes sont fermées jusqu’à ce que la situation soit stabilisée.

Il a ajouté qu’un couvre-feu nocturne prendrait effet de 22h00 à 05h00 heure locale jusqu’à nouvel ordre.

Le colonel Maj Abdramane a déclaré que les soldats agissaient pour le compte du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP).

Après l’annonce télévisée des soldats, M. Blinken a demandé la libération du président Bazoum.

Il a déclaré lors d’une conférence de presse en Nouvelle-Zélande que « cela constitue clairement une tentative de prise de pouvoir par la force et de bouleversement de la constitution ».

Au Mali voisin, des mercenaires russes Wagner lourdement armés aident le régime militaire à lutter contre les insurgés djihadistes. L’agitation au Niger s’ajoute à l’inquiétude des Occidentaux face aux opérations de Wagner et à l’instabilité de la région du Sahel.

Le président Vladimir Poutine, soucieux d’étendre l’influence de la Russie en Afrique, accueille des dirigeants africains à Saint-Pétersbourg jeudi.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a déclaré qu’elle « condamnait avec la plus grande fermeté la tentative de prise de pouvoir par la force » au Niger.

Au nom de la Cedeao, le président béninois Patrice Talon est arrivé dans la capitale Niamey pour une mission de médiation.

M. Talon a déclaré que « tous les moyens » seraient utilisés, si nécessaire, pour rétablir l’ordre constitutionnel au Niger, « mais l’idéal serait que tout se passe dans la paix et l’harmonie ».

Plus tôt dans la journée de mercredi, des foules sont descendues dans les rues de Niamey pour soutenir M. Bazoum. Un journaliste de la BBC a également vu des forces armées loyales au président stationnées autour de la chaîne nationale.

La ville a été majoritairement pacifique, bien que les soldats à l’origine du coup d’État aient tiré des coups de feu pour disperser les manifestations.

Le Niger est aux prises avec deux insurrections islamistes – l’une dans le sud-ouest, qui a déferlé du Mali en 2015, et l’autre dans le sud-est, impliquant des djihadistes basés dans le nord-est du Nigéria.

Des groupes militants alliés à Al-Qaïda et à l’État islamique sont actifs dans le pays.

Le président Bazoum, élu démocratiquement en 2021, est un proche allié de la France et d’autres pays occidentaux.

Le Niger a connu quatre coups d’État depuis son indépendance de la France en 1960, ainsi que de nombreuses tentatives de coups d’État.

Les plus lus

Sur le même thème