Ce qu’est le BRICS, son agenda politique et économique

Le quinzième sommet du BRICS se tient en Afrique du Sud du 22 au 24 août 2023.Dans cet article tiré du site de la chaîne Britannique BBC, l’auteur revient sur l’historique de la création de cette organisation ainsi que son agenda politique et économique. En savoir sur Brics Les dirigeants du groupe des Brics (Brésil, […]
Le Chef de l’Etat Sud Africain Ciryl Ramaphosa.

Le quinzième sommet du BRICS se tient en Afrique du Sud du 22 au 24 août 2023.
Dans cet article tiré du site de la chaîne Britannique BBC, l’auteur revient sur l’historique de la création de cette organisation ainsi que son agenda politique et économique.

En savoir sur Brics

Les dirigeants du groupe des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se réunissent le 22 août à Johannesburg, et l’une des questions clés sera l’admission de nouveaux membres.
Le pays hôte du sommet, l’Afrique du Sud, a déclaré qu’au moins 40 pays souhaitaient désormais rejoindre le groupe.

Comment le groupe des Brics a-t-il été créé ?


En 2001, un économiste de la banque d’investissement Goldman Sachs, Jim O’Neill, a créé l’acronyme « Bric » pour Brésil, Russie, Inde et Chine.
Il s’agit de grands pays à revenu intermédiaire dont l’économie connaissait une croissance rapide à l’époque. Il a prédit qu’ils pourraient devenir les premières économies mondiales d’ici 2050.
En 2006, les quatre pays ont décidé de s’unir pour former le groupe Bric. L’Afrique du Sud a rejoint le groupe des Brics en 2010.

Quelle est l’importance du groupe des Brics ?


Ensemble, les pays des Brics ont une population de 3,24 milliards d’habitants et leurs revenus nationaux combinés s’élèvent à 26 billions de dollars. Cela représente 26 % de l’économie mondiale.
Toutefois, selon l’Atlantic Council, un groupe de réflexion américain, les pays du Brics ne disposent que de 15 % des droits de vote au sein de la principale institution financière des Nations unies, le Fonds monétaire international (FMI).

Quel est l’objectif du groupe des Brics ?


Les Brics ont été créés pour trouver des moyens de réformer les institutions financières internationales telles que le FMI et la Banque mondiale, afin de permettre aux économies émergentes de mieux se faire entendre et d’être mieux représentées.
En 2014, les Brics ont créé la Nouvelle banque de développement (NBD), dotée de 250 milliards de dollars, afin de prêter aux pays émergents de l’argent pour leur développement.
Des pays non membres des Brics, tels que l’Égypte et les Émirats arabes unis, ont rejoint la NBD.

Les pays des Brics vont-ils créer une monnaie commune ?


Des hommes politiques brésiliens et russes de premier plan ont récemment suggéré la création d’une monnaie pour le bloc des Brics, afin de contester la domination du dollar américain dans le commerce et la finance internationaux.
Toutefois, l’ambassadeur sud-africain auprès des Brics et de l’Asie, Anil Sooklal, a déclaré que cette question n’était pas à l’ordre du jour du sommet de Johannesburg.
Jim O’Neill, de Goldman Sachs, qui est à l’origine de l’idée des pays du « Bric », a déclaré au journal britannique Financial Times que l’idée d’une monnaie commune était « ridicule ».

Qu’est-ce que les pays des Brics ont en commun et qu’est-ce qui les divise ?


Chaque pays des Brics est un pays important dans sa région respective, explique le professeur Padraig Carmody, géographe spécialiste du développement au Trinity College de Dublin.
« Cependant, la Chine est devenue le leader du groupe », ajoute-t-il.
« Par l’intermédiaire des Brics, elle se présente comme la principale voix du Sud, appelant à la réforme ou au renversement de l’ordre international existant.
Cependant, l’Inde est le rival de la Chine dans la région Asie-Pacifique. Elle a des différends frontaliers de longue date avec la Chine et collabore avec les États-Unis et d’autres pays pour freiner l’expansion de son influence dans la région.
Les pays du Brics sont également divisés sur la manière dont ils traitent les pays occidentaux.
« La Russie considère les Brics comme un élément de sa lutte contre l’Occident, l’aidant à surmonter les sanctions qu’ils lui imposent pour l’invasion de l’Ukraine », explique Creon Butler, directeur du programme sur l’économie et les finances mondiales au sein du groupe de réflexion Chatham House, basé à Londres.
À la suite des sanctions imposées par les pays occidentaux sur les importations de pétrole russe, l’Inde et la Chine sont devenues les plus gros clients.
La Russie a également organisé des exercices navals conjoints avec la Chine et l’Afrique du Sud en février 2023.
Toutefois, d’autres membres des Brics ne souhaitent pas que ce pacte devienne ouvertement anti-occidental.
« L’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde ne veulent pas d’un monde divisé », déclare M. Butler. « S’opposer à l’Occident serait mauvais pour leur sécurité et leur prospérité.

Quels sont les pays qui souhaitent rejoindre les Brics ?


L’ambassadeur d’Afrique du Sud auprès des Brics et de l’Asie, Anil Sooklal, a récemment déclaré que 22 pays avaient officiellement demandé à rejoindre le groupe et que le même nombre avait exprimé son intérêt à le faire.
Il s’agit de l’Iran, de l’Argentine, de Cuba, du Kazakhstan, de l’Éthiopie, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et du Venezuela.
« On a l’impression que l’équilibre des pouvoirs s’éloigne de l’Occident et que de plus en plus de pays en développement se tournent vers des puissances montantes comme les pays du Brics », explique le professeur Carmody.
« Mais les Brics sont un groupe très exclusif », ajoute-t-il. « L’admission de nouveaux membres ne risque-t-elle pas de diluer son influence ?
« À mon avis, quelques pays seront admis », déclare M. Butler. « Mais il s’agira de pays comme l’Argentine, plutôt que de pays complexes comme l’Iran.

Quels seront les thèmes abordés lors du sommet des Brics ?


Le sommet 2023 des dirigeants des Brics se tiendra à Johannesburg du 22 au 24 août.
La définition des règles d’adhésion au groupe sera probablement l’un des principaux sujets de débat.
Parmi les autres questions à l’ordre du jour figurent la lutte contre le changement climatique, le développement du commerce, des opportunités d’investissement et de l’innovation dans les pays en développement, ainsi que la réforme des systèmes de gouvernance mondiale afin que les pays en développement aient davantage voix au chapitre.
L’Afrique du Sud a invité au sommet les dirigeants de plus de 60 pays d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et des Caraïbes.
Toutefois, le président russe Vladimir Poutine ne s’y rendra pas. La Cour pénale internationale a lancé un mandat d’arrêt contre lui pour crimes de guerre, ce qu’il nie.
L’Afrique du Sud, en tant que signataire de la Cour, serait formellement obligée de l’exécuter s’il arrivait sur son territoire.
Le président Poutine a déclaré qu’il assisterait virtuellement au sommet, tandis que le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, serait présent en personne.

Les plus lus

Sur le même thème