IXèmes jeux de la francophonie de Kinshasa : Le comité national d’organisation a fait le point sur les avancées dans les préparatifs.

Isidore Kwandja et Catherine Kathungu Furaha respectivement Directeur du comité national d’organisation de IX èmes jeux de la francophonie et Ministre de la culture, arts et patrimoine de la RDC ont donné une conférence de presse mercredi 28 auLe comité national d’organisation de IX èmes jeux de la francophonie de Kinshasa au stade de basket-ball […]
De gauche à droite, Catherine Kathungu Furaha et Isidore Kwandja, respectivement Ministre de la culture, arts et patrimoine de la RDC et Directeur du comité national d’organisation de IX èmes jeux de la francophonie lors de la conférence de presse du mercredi 28 juin 2023 à Kinshasa.CNJF

Isidore Kwandja et Catherine Kathungu Furaha respectivement Directeur du comité national d’organisation de IX èmes jeux de la francophonie et Ministre de la culture, arts et patrimoine de la RDC ont donné une conférence de presse mercredi 28 au
Le comité national d’organisation de IX èmes jeux de la francophonie de Kinshasa au stade de basket-ball dans les encablures du stade des martyrs.

À trente jours de ce grand événement sportif et culturel de la jeunesse francophone, devant une cinquantaine de journalistes nationaux et internationaux Isidore Kwandja et Catherine Kathungu Furaha ont donné des précisions sur
l’effectivité des Jeux, la participation des États et des gouvernements, l’évolution des infrastructures .

Mais les signaux semblent prémonitoires, faut-il craindre le pire d’une machination internationale ?

Depuis mardi 27 juin, le gouvernement du Québec a pris la décision de ne pas envoyer d’athlètes ni d’artistes cette année à ces jeux de la Francophonie qui se tiendront en RDC, pour des raisons de sécurité, indique le site web de Radio Canada.

Seule une délégation de diplomates prendra part à l’événement qui se déroulera du 28 juillet au 6 août à Kinshasa.

Selon le cabinet de la ministre des Relations internationales, de la Francophonie et de la Condition féminine, Martine Biron, le gouvernement du Québec accorde une grande importance aux Jeux de la Francophonie, qui sont un événement phare pour la jeunesse.

Toutefois, poursuit le cabinet, le gouvernement du Québec a pris la décision, pour des raisons de sécurité et de santé, de ne pas envoyer de délégation d’athlètes et d’artistes à la Ixe édition des Jeux de la Francophonie.

Soulignant qu’il ne s’agit pas d’une décision facile à prendre, le cabinet de la ministre dit agir dans ce dossier de façon responsable et réfléchie.

Le gouvernement affirme avoir tenu compte de tous les rapports de missions des experts du Comité international des Jeux de la Francophonie et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avant d’arrêter sa décision.

« Deux missions de sécurité ont aussi été effectuées en République démocratique du Congo en janvier et en mai dernier. À l’issue de ces deux missions et des conclusions présentées par l’OIF lors du Conseil permanent de la Francophonie le 21 juin dernier, le Québec estime que les conditions nécessaires ne sont pas réunies pour garantir la participation sécuritaire d’artistes et d’athlètes à ces Jeux », conclut le ministère des Relations internationales, de la Francophonie et de la Condition féminine.

Ce mercredi 28 juin,  d’après le quotidien français l’équipe, le nombre de sportifs français présents aux Jeux de la Francophonie de Kinshasa devrait être réduit drastiquement pour des raisons sanitaires et de sécurité.
Le journal sportif s’appuie sur les informations recueillies des sources officielles françaises pour faire ses projections prémonitoires.

«Mardi dans la journée, des entraîneurs d’athlétisme ont été avertis qu’à la suite des consignes du ministère, la France n’enverrait pas d’athlètes à Kinshasa. D’autres sports seraient concernés

Au ministère des Sports, on reste officiellement sur la réserve, la Francophonie étant une question politiquement sensible», écrit le quotidien sportif français de renommée internationale.

En attendant la suite des évènements, les neuvièmes jeux de la francophonie à Kinshasa semblent partir sur un chemin rocailleux d’un complot international visant à jeter l’opprobre sur la République Démocratique du Congo pourtant  plus grande nation francophone au monde en terme de locuteurs de la langue française.Une grandeur qui contraste avec la piètre figure qu’incarne la nation au sein de l’organisation internationale de la francophonie dans l’indifférence coupable de la France.Cette situation réalimente le débat en RDC sur la pertinence de l’appartenance ou non du pays à l’organisation internationale de la francophonie.

Les plus lus

Sur le même thème