RDC : le CEEC appelle le gouvernement à formaliser le secteur artisanal de l’or

Le Centre d’expertise, d’évaluation et de certification (CEEC), a encouragé mercredi 13 septembre, le Gouvernement congolais à engager «des réformes en profondeur» pour formaliser l’exploitation artisanale de l’or. C’est le Directeur Général de cette organe technique congolais qui l’a fait au Forum régional sur l’exploitation de l’or qui se déroule à Kinshasa depuis mardi dernier. […]
Images d’illustration d’exploitation artisanale de l’or.© Droits tiers

Le Centre d’expertise, d’évaluation et de certification (CEEC), a encouragé mercredi 13 septembre, le Gouvernement congolais à engager «des réformes en profondeur» pour formaliser l’exploitation artisanale de l’or.

C’est le Directeur Général de cette organe technique congolais qui l’a fait au Forum régional sur l’exploitation de l’or qui se déroule à Kinshasa depuis mardi dernier.

Freddy Mwamba intervenait sur le thème : « Expérience de la RDC dans la mise en œuvre de l’Initiative pour la traçabilité de l’or artisanal (ITOA), impacts sur le contrôle du flux de l’or artisanal, leçons apprises, défis et bonnes pratiques ».

« L’immensité du territoire national exige que le gouvernement puisse encore engager des réformes en profondeur pour formaliser le secteur artisanal dans toutes les provinces et mettre des moyens financiers nécessaires pour relever les différents défis du secteur minier dans le pays »,Freddy Muamba.

Le Directeur Général du Centre d’expertise, d’évaluation et de certification a souligné que l’encadrement de l’exploitation et de la commercialisation de l’or d’exploitation artisanale demeure un défi permanent à relever par le gouvernement.

« Une bataille a été gagnée avec l’implantation de la société Primera Gold, mais la guerre reste entière », a déclaré Freddy Mwamba.

Les avantages de la mise en œuvre de l’ITOA en RDC

Le Directeur Général du Centre d’expertise, d’évaluation et de certification a présenté également plusieurs avantages liés à la mise en place en RDC de l’Initiative pour la traçabilité de l’or artisanal.Freddy Mwaba a cité notamment : la formalisation du secteur minier artisanal de l’or, la canalisation de la production d’or dans le circuit officiel d’exportation, la fiabilisation des statistiques publiées par les différents services, la crédibilisation de l’exploitation et du commerce de l’or, l’injection sur les marchés de l’or propre libre de tout conflit, l’accroissement des recettes du trésor public et la lutte contre le blanchiment des capitaux.

Les grands défis du secteur de l’or en RDC

Dans un autre chapitre, le Directeur général du CEEC a cité quelques défis à relever dans la mise en œuvre de l’ITOA en RDC, au nombre desquels, le manque de financement des opérations d’extraction.

Parmi d’autres défis, il a noté l’absence de la cellule de suivi et d’évaluation, l’insécurité dans certains sites due à des groupes armés et mouvements armés opérationnels, la base des données nationale non opérationnelle, la présence des managers à proximité des points de collecte.

« En vue de relever ces défis, certaines mesures méritent d’être adoptées par le gouvernement de la République et les services techniques du ministère des Mines. Il s’agit notamment des discussions avec la Banque centrale et les institutions financières pour financer les opérations d’extraction menées par des coopératives minières », a indiqué Freddy Mwamba.

La révision à la baisse de certains droits et taxes à la production comme à l’exportation, notamment le frais en rémunération pour services rendus et le droit de sortie; la conception ou l’acquisition d’une application pour la saisie, le traitement, la transmission et la conservation des données de la chaine, ainsi que la publication de la liste actualisée des sites « bleus » et de tous les sites validés « vert » sont parmi les mesures à adopter.

Les plus lus

Sur le même thème