La Banque Centrale du Congo soutient le maintien des politiques économiques saines pour le développement du pays

Le comité de politique monétaire de la Banque Centrale du Congo tenue vendredi 29 décembre a dans un communiqué de presse indiqué que le maintien des politiques économiques saines, prudentes et favorables à la croissance de la République démocratique du Congo (RDC) est une nécessité pour le pays. « Le comité politique monétaire a insisté […]
La Banque Centrale du Congo(BCC) à Kinshasa.© BCC

Le comité de politique monétaire de la Banque Centrale du Congo tenue vendredi 29 décembre a dans un communiqué de presse indiqué que le maintien des politiques économiques saines, prudentes et favorables à la croissance de la République démocratique du Congo (RDC) est une nécessité pour le pays.

« Le comité politique monétaire a insisté sur la nécessité pour le pays de maintenir des politiques économiques saines, prudentes et favorables à la croissance et de renforcer davantage la coopération des politiques budgétaire et monétaire », renseigne le document de la BCC.

Le comité politique monétaire (CPM), selon le communiqué, a décidé du maintien de l’orientation restrictive de la politique monétaire et a recommandé un suivi rigoureux par la BCC des conditions affectant la liquidité dans l’économie.
Le communiqué relève que le taux directeur de la BCC est resté inchangé ainsi que le coefficient.
« Il a ainsi laissé le taux directeur de la BCC inchangé à 25%, et maintenu les coefficients de la réserve obligatoire à 10% et 0% pour les dépôts à vue et à terme en francs congolais; et à 13% et 12% pour les dépôts à vue et à terme en devises », a soutenu la source.
A l’en croire, le CPM a, enfin, relevé que les perspectives économiques pour 2024 restent globalement favorables, avec une croissance forte et une baisse continue des pressions inflationnistes, malgré les incertitudes et les risques encore élevés, particulièrement au niveau de l’économie mondiale.

Des mesures de soutien du cadre macroéconomique

Par ailleurs, le CPM a noté que les mesures de stabilité en cours, le maintien d’une politique monétaire restrictive, et le renforcement de la coordination entre les politiques monétaire et budgétaire ont permis de soutenir la stabilité du cadre macroéconomique au cours des derniers mois de l’année.
« En effet, les pressions inflationnistes observées à mi-juillet ont sensiblement baissé et sont restées modérées au cours de la seconde moitié de l’année, en dépit des chocs externes et internes affectant notamment l’offre des produits alimentaires de base et des pressions continues sur le taux de change essentiellement alimenté par une forte demande de devises », a noté le communiqué de presse.
La source fait savoir que le CPM a ainsi observé que l’inflation mensuelle est passée de 5,8% en juillet à 2,3% en novembre. Ce qui entraîne le taux d’inflation de 22, 3% en moyenne, en glissement annuel, entre mi-août et mi-décembre 2023.
S’agissant du marché de change, le communiqué révèle que le CPM a noté qu’au 28 décembre, les taux de change à l’interbancaire et au parallèle se sont situés respectivement à 2.679,6 CDF le dollar et 2.688,5 CDF le dollar, comparé aux taux de 2.655 CDF le dollar et 2.674 CDF le dollar à fin novembre.
« Cette situation dénote ainsi une légère dépréciation sur les deux segments », a expliqué la source, ajoutant que le CPM a également précisé que l’activité économique est restée soutenue en 2023, avec une croissance économique estimée à 6,2%.
Le comité de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale du Congo (BCC) s’était réuni vendredi sous la présidence du gouverneur Mme Marie-France Malangu Kabedi Mbuyi. Il a passé en revue la situation économique intérieure et mondiale marquée, en 2023, par les effets néfastes de multiples chocs.

Les plus lus

Sur le même thème