Kinshasa : réflexion sur le développement de la chaîne de valeur de la production de batteries électriques en RDC

Le conseil congolais de la batterie (CCB) et  le département d’Etat Américain ont organisé du 25 au 26 septembre à Kinshasa, un atelier sur la chaîne de valeur pour l’extraction des matières premières de raffinage, de transformation jusqu’à la production de  batteries des véhicules électriques. Des experts étrangers  et Congolais ont échangé des expériences en […]

Le conseil congolais de la batterie (CCB) et  le département d’Etat Américain ont organisé du 25 au 26 septembre à Kinshasa, un atelier sur la chaîne de valeur pour l’extraction des matières premières de raffinage, de transformation jusqu’à la production de  batteries des véhicules électriques.

Des experts étrangers  et Congolais ont échangé des expériences en vue de la matérialisation de l’industrie de fabrication des batteries électriques en RDC .

« Le challenge pour nous congolais consiste à changer ce paradigme et de mettre en place en RDC, une chaîne de valeur qui ne s’arrête pas à la seule extraction des matières premières mais qui en assure dans les frontières nationales, le raffinage et la transformation jusqu’à la production des batteries et véhicules électriques », a déclaré le ministre Congolais des finances Nicolas Kazadi lundi à l’ouverture de ces assises, au nom de son collègue de l’industrie Julien Paluku.

LE ministre des finances a rappelé que ce projet dispose de nombreuses fenêtres d’opportunités qui vont permettre au pays de jeter des passerelles de collaboration dans l’industrialisation du continent.

Le Directeur Général de conseil congolais de la batterie, Denis Lecouturier a expliqué que la matérialisation de ce projet pourra ajouter de la valeur et créer des richesses en République Démocratique du Congo, d’où l’impératif pour son établissement d’attirer des investisseurs étrangers à investir dans le secteur minier congolais

« Nous sommes chargés de mettre en place les chaînes de valeurs de la batterie en RDC puisque jusqu’ici, nous nous limitons à faire des extractions minières et les produits sont transformés à l’étranger du début  de l’étape jusqu’à la transformation de la batterie, alors qu’on peut le faire au Congo.  Ça permettrait de rajouter de la valeur et de créer  la richesse au Congo », a-t-il expliqué.
 « Nous avons la mission de développer la chaîne de valeur de la batterie électrique au Congo à partir des minerais que nous produisons ici, et au lieu de l’exporter, nous voulons le transformer localement et ça demande beaucoup d’investissement et c’est tout un projet », a ajouté Denis le Couturier.

Les plus lus

Sur le même thème