ECONOMIE : Vers un accord de partage de production des hydrocarbures entre la RDC et l’Angola

Après 16 ans de discussions, la République démocratique du Congo et l’Angola se sont finalement accordés pour signer le 13 juillet prochain, un contrat de partage équitable de production du pétrole de la zone maritime commune.
Les barils de pétrole.Ph/ Droits tiers

La République démocratique du Congo et l’Angola se sont accordés pour signer le 13 juillet prochain, un contrat de partage de production du pétrole de la zone maritime commune.
Ces conclusions sont l’aboutissement des après discussions qui auraient pris 16 ans en leurs premières phases a appris l’Agence Congolaise de presse dimanche 09 juillet du gouvernement congolais.

« Le ministre des Hydrocarbures a fait le rapport sur l’état d’avancement de ce dossier à la suite de la mission qu’il a conduite à Luanda, du 19 au 22 juin 2023, pour la poursuite des travaux dans le cadre de la mise en œuvre effective de l’Accord portant sur l’exportation et la production des hydrocarbures dans la Zone d’intérêt commun (ZIC) entre l’Angola et notre pays, signé le 30 juillet 2007 », lit-on dans le compte-rendu du 103ème Conseil des ministres du vendredi 07 juillet dernier.

Le document renseigne que la mission du ministre congolais des Hydrocarbures, marquée par une évolution «remarquable» vers la concrétisation de l’Accord sus évoqué, a permis aux deux parties de procéder à l’harmonisation des principes directeurs du Contrat de Partage de Production (CPP) que devront signer l’entité concessionnaire (représentée par la RDC et l’Angola) et l’entité du Groupe d’entrepreneurs (dont SONANGOL/Angola et SONAHYDROC/RDC en sont membres), représenté par l’opérateur Chevron.

La RDC et l’Angola se sont convenus pour un partage égal  des acquis de cette exploitation, soit 50% des revenus du Concessionnaire pour chaque pays.

D’après Lewis Yola un expert Congolais cité par l’ACP, la zone pétrolifère querellée par Kinshasa et Luanda comprend les blocs 0, 14, 15 et 31.

Plusieurs analystes congolais ont régulièrement dénoncé la mise en exploitation exclusive du riche bloc 14 par l’Angola au détriment de la RDC.

Lewis Yola estime que la RDC perd 32,8 milliards de dollars américains de PIB. Ce qui représente une part énorme pour le pays, qui veut accroître son budget annuel au-delà des 16 milliards de dollars américains actuellement mobilisés.

Les autorités congolaises ont mis sur le marché 27 blocs pétroliers et 3 blocs gaziers, recherchant des exploitants disposés à valoriser ces gisements pétroliers afin de faire de la RDC un pays producteur de pétrole.

L’objectif poursuivi est de diversifier  l’économie du pays qui dépend grandement du secteur minier.

Les plus lus

Sur le même thème