Dépréciation de la monnaie congolaise: 8 mesures gouvernementales pour inverser la tendance

Le Gouvernement congolais a adopté lors de la réunion du conseil des ministres du vendredi 21 juillet, huit mesures pour limiter la dépréciation de la monnaie congolaise face aux devises étrangères. Ces mesures ont été arrêtées après la concertation entre les entités étatiques et le secteur privé renseigne le Gouvernement congolais.
(Archive) À gauche, le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde suivi du Président de la République Félix Tshisekedi et de Patrick Muyaya, Porte-parole du Gouvernement et Ministre de la communication.© PRÉSIDENCE RDC

Le gouvernement congolais a adopté une série des mesures urgentes pour juguler la dépréciation de la monnaie congolaise face aux devises étrangères.
C’était lors de la réunion du conseil des ministres du vendredi 21 juillet.

Ces mesures ont pour point de mire, la limitation de la fluctuation du taux de change du franc congolais par rapport aux devises étrangères et ses conséquences sur le pouvoir d’achat de la population.

Au nombre de huit, ces mesures sont notamment :

1) la poursuite par la banque centrale du Congo des interventions «vigoureuses et régulières» sur le marché de change en mettant à la disposition de celui-ci les devises étrangères prélevées notamment sur les réserves de change;
2) la gestion «rigoureuse» des finances publiques par notamment, la limitation des dépenses publiques à celles qui sont prioritaires et essentielles privilégiant la procédure normale de la chaîne de la dépense publique;
3) l’interdiction du paiement des dépenses publiques en espèces au guichet de la banque centrale du Congo;
4) l’encadrement par le secteur bancaire des opérations de change effectuées par les bureaux de change qui doivent être compatibles à leur capacité réelle;
5) le renforcement des mesures de rapatriement de devises et la concertation entre la banque centrale du Congo et les opérateurs du secteur minier pour le rachat éventuel d’une quotité des devises rapatriées;
6) la retenue immédiate et à la source par le trésor public de la TVA pour les fournisseurs et prestataires de l’État lors de paiement de leurs factures;
7) l’encadrement de la taxation d’office des entreprises n’ayant pas fait leurs déclarations fiscales par le ministre des finances et par l’inspection générale des finances;
8) le paiement de tous les impôts, taxes, droits et redevances en francs congolais.

Toutes ces mesures ont été prises après les conclusions de la réunion de crise présidée par le Chef de l’État Félix Tshisekedi au palais de la nation lundi 17 juillet à laquelle avaient pris part les membres du gouvernement, le Président du conseil économique et social, l’inspection générale des finances, la fédération des entreprises du Congo et l’association congolaise des banques.

Les plus lus

Sur le même thème