RDC : le gouvernement procédera au contrôle des ONG étrangères pour raison de sécurité nationale

Les ONG étrangères oeuvrant en République Démocratique du Congo seront contrôlées par le gouvernement pour se rassurer de la conformité de leurs activités à la législation nationale en la matière. La mission a été donnée au gouvernement par le Chef de l'État Félix Tshisekedi lors de la réunion du conseil des ministres du vendredi dernier pour des raisons de sécurité nationale.
Patrick Muyaya, Porte-Parole du Gouvernement.© Droits tiers

Le Président Félix Tshisekedi enjoint le gouvernement a procéder au contrôle des ONG étrangères oeuvrant dans le pays en vue de leur conformité à la législation congolaise en la matière.

La mesure a été édictée lors de la réunion du conseil des ministres du vendredi 21 juillet dernier pour des raisons d’ordre sécuritaires explique le compte rendu de la réunion lu par le Porte-parole du Gouvernement à la télévision publique.

« Le President de la République a été saisi par plusieurs rapports qui renseignent une dérive sécuritaire dans le chef de certaines institutions humanitaires opérant en République Démocratique du Congo», rapporte Patrick Muyaya.

«Ce contrôle devrait porter notamment sur la cohérence entre les rapports annuels relatifs aux cinq dernières années d’exercice desdites ONG dans notre pays accompagner d’une synthèse soulignant l’évolution de différence des performances d’une année à l’autre ainsi que les localisations exacts de leurs activités sur chacune des périodes sous examens », précise le Porte-parole du Gouvernement.

Le gouvernement indique avoir identifié des intentions malveillantes dans le chef de certaines ONG étrangères qui seraient de mèche avec des personnes présentant des risque pour la sécurité du pays.Le Porte-parole du Gouvernement parle également des sources de financement douteuses pour quelques organisations étrangères accréditées en RDC.
« C’est pourquoi le Président de la République a instruit, le Vice-Premier ministre, Ministre de l’intérieur, le Vice-Premier ministre, Ministre des affaires étrangères, la Ministre d’État, Ministre de la justice et garde des sceaux ainsi que la Ministre d’Etat, Ministre du plan de travailler en commission interministérielle afin de produire un rapport global sur la question», renchérit Patrick Muyaya.

Les plus lus

Sur le même thème