Présidentielle en RDC : à moins d’une semaine de la campagne, Félix Tshisekedi vente le bilan de son premier quinquennat

Devant les deux chambres du parlement réunies en congrès mardi 14 novembre, le Chef de l’État et candi Félix Tshisekedi a lors de sa toute dernière adresse à la nation exalté son bilan quinquennal dans plusieurs secteurs de la vie nationale.Ce grand oral de veuille de la campagne électorale pour la présidentielle du 20 décembre […]

Devant les deux chambres du parlement réunies en congrès mardi 14 novembre, le Chef de l’État et candi Félix Tshisekedi a lors de sa toute dernière adresse à la nation exalté son bilan quinquennal dans plusieurs secteurs de la vie nationale.
Ce grand oral de veuille de la campagne électorale pour la présidentielle du 20 décembre prochain était une occasion unique pour le candidat Tshisekedi de convaincre le peuple électeur qui broie du noir dans sa majorité.

Le Chef de l’État a passé en revue les principales réalisations de sa gestion du pays et promis les meilleurs dans les domaines encore non reluisants.

La nécessité du départ de la MONUSCO

Évoquant les réformes entreprises pour renforcer les capacités de riposte et de dissuasion de l’armée, le Président Tshisekedi a rappelé la nécessité du départ de la MONUSCO.

« Il est temps pour notre pays de prendre pleinement son destin en main et devenir le principal acteur de sa propre sécurité et de sa propre stabilité », a-t-il dit.

«Notre économie en 2023 se porte bien»

Par ailleurs, le Chef de l’État estime que « notre économie en 2023 se porte bien ». « Notre taux de croissance a grimpé de 1,7 % en 2020 à 6,2 % cette année, une preuve de la résilience et de la détermination congolaises face à l’adversité mondiale », a-t-il indiqué. Pour juguler l’inflation, il a annoncé des interventions ciblées sur les prix des denrées essentielles et des politiques monétaires pour stabiliser le Franc congolais.

Félix Tshisekedi a également évoqué des grandes avancées produites par son action dans d’autres secteurs clés comme la justice, les infrastructures, mais surtout l’éducation et la santé. Il a indiqué que pour soutenir la gratuité de l’enseignement, qu’il considère comme un « grand succès », le gouvernement a augmenté le budget alloué à l’éducation de 9,1 % de 2021 à 2022 et de 23,9 % de l’année 2022 à 2023. « Toujours pour ce quinquennat, le salaire moyen d’un enseignant est passé de 159 662,67 FC à 408 689,67 FC », a-t-il rajouté.

En outre, le Chef de l’État  a évoqué ce qu’il qualifie de l’amélioration de la situation de la liberté de la presse. « En l’espace de quatre ans, nous avons gagné 30 places dans le baromètre mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières (RSF) », a-t-il relevé. Il a tout de même appelé « à plus de responsabilité et de professionnalisme des journalistes qui ont un rôle crucial à jouer en ce moment particulier de l’histoire de notre pays tant dans la couverture de la situation sécuritaire à l’Est que dans celle de la campagne électorale et des prochaines élections.

« Nous avons donc le choix entre repartir à zéro ou consolider les acquis de cet élan progressif en avançant main dans la main, avec une vision claire et un but commun, vers un avenir où chaque Congolais aura la possibilité de prospérer », a lancé le Président Candidat.

Les plus lus

Sur le même thème