Kinshasa : La RDC, l’EAC et le Burundi se disent déterminés à en finir avec le M 23

Dans un point de presse donné conjointement avec son homologue Félix Tshisekedi lundi 28 août à Kinshasa dans le cadre de sa visite officielle de 48 h, le Chef de l’État Burundais et Président en exercice de la CEAC, Evariste Ndayishimiye a promis de contraindre les rebelles du M23« récalcitrants» au processus de paix engagé […]
De gauche à droite, les Chefs d’Etat Burundais Evariste Ndayishimiye, et Congolais Félix Tshisekedi, lors du point de presse de la visite officielle du Président Burundais à Kinshasa, lundi 28 août 2023, à Kinshasa.© PRÉSIDENCE RDC

Dans un point de presse donné conjointement avec son homologue Félix Tshisekedi lundi 28 août à Kinshasa dans le cadre de sa visite officielle de 48 h, le Chef de l’État Burundais et Président en exercice de la CEAC, Evariste Ndayishimiye a promis de contraindre les rebelles du M23« récalcitrants» au processus de paix engagé en faveur de l’Est de la RDC qui vit sous la coupe réglée de ces terroristes

« Nous avons constaté que certains groupes armés ont accepté de déposer les armes mais, le M23 est toujours récalcitrant, c’est pourquoi nous devons nous coaliser pour le contraindre à se désengager, à respecter le cessez-le-feu et aller pour le centre de cantonnement, afin d’ entamer le processus de démobilisation et de réinsertion » , a déclaré Evariste Ndayishimiye.
« Pour nous, notre proposition est que la RDC doit recouvrer la paix. Maintenant, nous préparons un sommet d’évaluation de la mise en œuvre des recommandations au sommet de la fois passée qui s’est tenu à Bujumbura.
Nous prendrons donc des mesures qui s’imposent pour que le M23 respecte le processus de paix. », a-t-il insisté, ajoutant : « Le M23 est toujours récalcitrant »,
a-t-il ajouté.

Evariste Ndayishimiye a soutenu que  la région (CEAC), a décidé de venir appuyer les efforts du gouvernement congolais pour pacifier l’Est du pays.

«Ce n’est pas seule la RDC qui est sensée traquer les groupes armés, nous sommes tous concernés »,a-t-il poursuivi confirmant que le Burundi est un allié privilégié de la RDC.
«La RDC et le Burundi sont comme l’arbre et l’écorce : vous attaquez l’un, vous attaquez l’autre », a conclu le Chef de l’État Burundais.

Le laxisme des contingents de l’EAC, la main tendue de Tshisekedi et la non exclusion d’emploi de force si nécessaire

Le Chef de l’État Congolais Félix Tshisekedi a, pour sa part affirmé que son pays est au stade d’observation, avant de déplorer  le laxisme des contingents de l’EAC qui laissent même les terroristes M23/RDF percevoir des taxes dans des régions congolaises sous leur influence.

Le Président Congolais privilégie la démarche diplomatique mais se réserve le droit d’engager la force si jamais le processus de paix par le dialogue montrait ses dernières limites

« la guerre n’est pas exclue, mais ça dépendra des ennemis appelés à la raison. Nous tendons la main. Si la main n’est pas saisie, on changera de comportement. On ne peut pas rester sans réaction », a déclaré Félix Tshisekedi
« Nous préparons nos forces de défense et de sécurité »,a conclu le président de la République.


Félix Tshisekedi a exprimé son souci de ramener les Congolais de l’Est, victimes de l’agression rwandaise  dans leurs milieux de vie.

Jean-Pierre Bemba, ( à gauche), Ministre de la défense de la RDC et le ministre burundais de la Défense, Alain Tribert Mutabazi lors de la signature du protocole de défense et sécurité RDC-Burundi, à Kinshasa le 28 août 2023.© PRÉSIDENCE RDC

Auparavant, un Protocole de Défense et de Sécurité RDC-Burundi avait été signé, en présence des deux Chefs d’Etat, respectivement par le vice-Premier ministre congolais de Défense, Jean-Pierre Bemba, et le ministre burundais de la Défense, Alain Tribert Mutabazi.

Les plus lus

Sur le même thème