Kinshasa : début de la table ronde sur l’état de siège en Ituri et Nord-Kivu

Les travaux de la table ronde sur l’état de siège en vigueur dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu ont commencé lundi 14 août à Kinshasa.« La table ronde sur l’état de siège permettra une orientation concertée en vue de pacifier définitivement les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu », a déclaré le Chef […]

Les travaux de la table ronde sur l’état de siège en vigueur dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu ont commencé lundi 14 août à Kinshasa.
« La table ronde sur l’état de siège permettra une orientation concertée en vue de pacifier définitivement les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu », a déclaré le Chef de l’État Félix Tshisekedi a l’ouverture de ces travaux.

« Je suis conscient de ce que ce régime voulu exceptionnel par le constituant n’a pas vocation à s’éterniser. Je vous demande de bien vouloir prendre la mesure, la vraie de la situation, tout en appelant au sens élevé de votre responsabilité, car il en va de la survie de la nation tout entière », a-t-il recommandé.

Il a exhorté les participants à consacrer ces trois journées au développement d’une réflexion approfondie sur l’état de siège et de sa gouvernance actuelle.

« J’avais activé ce dispositif constitutionnel avec l’engagement et la détermination d’endiguer des menaces graves et de sécuriser les populations et leurs biens, dans le seul but de rétablir une paix qui soit durable », a rappelé le Chef de l’État dans son allocution.

Au Palais du Peuple, les gouverneurs civils en congé, un échantillon des députés provinciaux et nationaux, des sénateurs, les présidents des assemblées provinciales, les membres du Gouvernement, entre autres participent à ces assises.

Ils vont réfléchir pendant trois jours sur les forces, les faiblesses, et les autres contours de l’état de siège en vue d’éclairer et d’orienter la décision du Président de la République sur son maintien, sa requalification ou sa levée pure et simple.

Le chef de l’état a aussi lancé un appel aux groupes armés de déposer les armes et d’intégrer le programme de PDDRCS :

« Je tiens à rassurer la Nation que le Gouvernement de la République s’est engagé de bonne foi à offrir une dernière chance de sortie pacifique aux groupes rebelles encore présents sur le territoire national à travers le programme le PDDRC-S ».

Les plus lus

Sur le même thème