Fête de l’indépendance en RDC : Moïse Katumbi dépeint un tableau sombre de la marche du pays

A l’occasion de la célébration du 63 ème anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, le Président du Parti politique Ensemble pour la république, Moïse Katumbi dépeint un tableau sombre de la marche du pays. Dans un communiqué rendu public vendredi 30 juin 2023, l’opposant accuse la mauvaise gouvernance du régime Tshisekedi d’être […]
L’opposant Moïse Katumbi sur le plateau de France 24. Image d’illustration

A l’occasion de la célébration du 63 ème anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo, le Président du Parti politique Ensemble pour la république, Moïse Katumbi dépeint un tableau sombre de la marche du pays.

Dans un communiqué rendu public vendredi 30 juin 2023, l’opposant accuse la mauvaise gouvernance du régime Tshisekedi d’être à la base de la misère du peuple congolais « La gouvernance défaillante de l’Etat et ses ressources expose la grande majorité de la population congolaise à la faim, la misère et la détresse.Au moment où l’on abreuve les Congolais des chiffres de performances économiques, les inégalités sociales ont atteint des proportions intolérables.», écrit-il.

Dans un autre chapitre, Moïse Katumbi déplore la montée en puissance de l’insécurité à l’Est de la RDC et appelle le M23 et les jeunes à abandonner les armes pour privilégier le dialogue « j’appelle le M23 et tous les jeunes gens embrigadés de gré ou de force dans les groupes armés à laisser les armes.La solution à leurs problèmes qu’elle qu’en soit la nature n’est pas dans la violence et mort qu’ils sèment partout dans le pays.Le dialogue dans le respect de la constitution et des lois de notre pays demeure la seule et unique voie pour retrouver le chemin du vivre ensemble et l’espoir d’une vie meilleure pour tous », exhorte le Président de Ensemble pour la république.

Candidat déclaré à la présidentielle du 20 décembre prochain, Moïse Katumbi appelle à l’arrêt des poursuites judiciaires contre des opposants, journalistes et d’autres membres de la société civile; mais aussi les menaces et insultes contre les autorités religieuses sans oublier d’évoquer le recours à des milices politiques.
Moïse Katumbi rappelle en outre l’exigence de l’opposition pour la transparence dans l’organisation des prochaines élections.

Les plus lus

Sur le même thème