CNDH : Paul Nsapu rejette sa déchéance par les cinq membres de la plénière

Le Président de la Commission Nationale des droits de l'homme (CNDH), de la RDC ne reconnaît pas sa récente déchéance par quelques membres de la plénière de cette institution.Il dénonce « la main noire » derrière cette action et assure de sa détermination à poursuivre son mandat au service du peuple congolais.
( Archive) Paul Nsapu, Président de la Commission Nationale des droits de l’homme (CNDH).© Droit tiers.

En République Démocratique du Congo, le Président de la Commission Nationale des droits de l’homme (CNDH), Paul Nsapu n’admet pas avoir été déchu de ses fonctions le 30 août dernier par la plénière de cette institution d’appui à la démocratie.

Paul Nsapu était à son bureau au siège de la CNDH ce lundi 04 septembre dans la commune de la Gombe à Kinshasa.
L’évocation de sa prétendue déchéance le fait ricaner au sujet de cinq membres de la plénière de la CNDH ayant pris part à ce qu’il qualifie «de la tentative du coup d’État », mal menée par ses auteurs «sur la forme et le fond».

La loi organique qui régit la Commission Nationale des droits de l’homme de la RDC, fixe le quorum à 2/3 des membres de la plénière pour statuer sur une matière .Une disposition violée par les commissaires de la CNDH qui ont statué à cinq sur le neuf dirigeants pour démettre Paul Nsapu de ses fonctions.

Contacté dimanche 03 septembre par notre rédaction, le Président de la CNDH à banalisé le fait et dénoncé les actions «téléguidées» par «une main noire » contre le dynamisme qu’incarne l’institution sous son leadership efficace.Le Président de la CNDH parle d’une action visant à tordre le coup à plusieurs projet d’intérêt public qu’il a initiés au non de cette institution notamment en faveur des élections à venir.

« [rire], la CNDH est tranquille.», a assuré Paul Nsapu au téléphone de notre rédaction.
« la tentative là de coup d’État qui ne se justifie pas tant sur le fond que sur la forme, c’est tout simplement la peur d’avoir une CNDH qui travaille comme il se doit.Il y a une main noire tout simplement », estime le Président de la CNDH.
Paul Nsapu affiche son flegme naturel et déclare sa sérénité de travailler relativement à la mission dévolue à la CNDH.

Ses détracteurs l’accusent de mégestion de l’institution dans plusieurs domaines et lui exige de présenter sa démission dans l’immédiat .
Paul Nsapu rejette toutes les accusations .
L’expert électoral déclare se concentrer avec son institution sur le processus électoral en cours dans le pays en vue d’obtenir des élections crédibles vers la fin de cette année.
Au chapitre de l’actualité, le Président Paul Nsapu déplore en outre les incidents malheureux survenus à Goma le 30 août dernier dans la barbarie militaire contre les civils.
Il salue l’initiative gouvernementale visant à faire la lumière sur ces drames.

Les plus lus

Sur le même thème