Assassinat de Chérubin Okende : Ensemble pour la République charge Félix Tshisekedi et son régime

Dans une conférence de presse jeudi 13 juillet en réaction au meurtre de son porte parole et Député National Chérubin Okende Senga, le Parti politique Ensemble pour la République de Moïse Katumbi a chargé le Chef de l'État Félix Tshisekedi et son régime d'être à la base de cette disparition tragique. Le parti Ensemble dénonce l'acharnement du pouvoir contre l'opposition.
(Archive) Dieudonné Bolengetenge, Secrétaire Général de Ensemble pour la République dans une conférence de presse.

« Je vais terminer mon propos en réaffirmant encore ma détermination à garder ce pays uni et à le pacifier. Je ne reculerai pas devant les menaces et les intimidations de tout genre…
Je m’attaquerai sans hésitation, sans remords à tout Congolais qui mettrait en danger la sécurité et la stabilité de notre pays. Peu importe ce que l’on dira, violation des droits de l’homme, privation de liberté, je n’en démordrai pas parce que démocrate je suis, démocrate, je resterai, je n’ai aucune leçon à recevoir de qui que ce soit dans ce domaine »,
avait déclaré le Chef de l’État Congolais Félix Tshisekedi dans son allocution dimanche 25 juin 2023 devant des milliers de personnes réunies au stade Kashala Bonzola à Mbuji-Mayi dans la province du Kasaï orientale à l’occasion du jubilé d’argent de Mgr Kasanda Archevêque du diocèse de Mbuji-Mayi.

Ce message avait mal résonné dans une partie de l’opinion publique, en l’occurrence au sein des organisations de la défense des droits de l’homme et de partis politiques des l’opposition.

Dans une conférence de presse jeudi 13 juillet en réaction au meurtre de son porte parole et Député National Chérubin Okende Senga, le Parti politique Ensemble pour la République de Moïse Katumbi a chargé le Chef de l’État Félix Tshisekedi et son régime d’être à la base de cette disparition tragique.
Le parti Ensemble dénonce l’acharnement du pouvoir contre l’opposition.

« Ensemble pour la République qui a condamné dès hier cet enlèvement crapuleux est consterné par cette ignoble assassinat qui rappelle les vielles pratiques dictatoriales des régimes aux abois.
Cet acharnement malsain sur l’opposition politique et en particulier Ensemble pour la République a atteint son paroxysme et la succession des évènements suivants en atteste », a déclaré Dieudonné Bolengetenge, Secrétaire Général de Ensemble pour la République.

Il a cité l’interdiction au président d’Ensemble pour la République de se mouvoir dans les provinces du Kongo-Central et du Kwilu, «l’enlèvement du député provincial de Kinshasa Mike Mukebayi et l’enlèvement brutal et arbitraire de Salomon Idi Kalonda sur le tarmac de l’aéroport de Ndjili»,
Les percussion des résidences de Moïse Katumbi à Kinshasa, de Salomon Idi Kalonda et celle de sa mère à Lubumbashi.

Ensemble pour la République également fustigé l’arrestation d’autres acteurs politiques «dont le péché principal est d’être étiqueté proche du président d’Ensemble» tel que Franck Diongo.

« Il y a lieu de craindre que le discours du président de la République à Mbuji-Mayi dernièrement sur sa volonté de durcir la répression en faisant fi des droits de l’homme et de liberté des citoyens servent d’accélérateur à cette dérive », a poursuivi Dieudonné Bolengetenge rendant hommage à son désormais ex compagnon de lutte.

« Ce crime est un assistant politique.Nous exigeons une enquête indépendante pour identifier les auteurs et les comanditeurs de ce crime d’État qui ressemble en tout point à l’affaire Chebeya.
Nous n’accepterons jamais que notre pays devienne une jungle où l’on assassine impunément.
Soit le pouvoir contrôle tout, alors il en est commanditaire. Soit il ne contrôle rien, alors il est dangereux.», a renchérit Dieudonné Bolengetenge au nom de Ensemble pour la République.

Les plus lus

Sur le même thème